Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2008

Je m'appelle Marilyn de Yonnick Flot

THEATRE des VARIETES
7, bd Montmartre 75002 PARIS
(M° Gds Boulevards)
Tél. 01 42 33 09 92
Pl. 22, 16 & 10€

Du mercredi au samedi à 21h.30
Matinée, dimanche à 16h.

Mise en scène : Smaïn
(assisté de Charlotte Soutrelle)
avec Virginie Stevenoot.

Durée du spectacle : 1h.15

951771372.jpg

Marilyn, éternel fantasme des hommes : la poupée au corps parfait, à la chevelure platine, femme-enfant et vamp tout à la fois ! Même les gays en sont fous ...
Nous allons découvrir un lit blanc d'hôpital au pied duquel une poupée conforme à l'original est posée, dérisoire réplique muette en réduction.
Dans l'intervalle Radio Luxembourg a annoncé la mort de Kennedy nous sommes par conséquent en 1963.
Le personnage au physique reconnaissable confirme qu'elle est bien Marilyn mais ici, personne ne veut la croire. Alors elle se raconte en une interview imaginaire, à la fois nerveuse et fragile, tour-à-tour confiante ou désespérée, rageuse aussi même, parfois. Elle a dissimulé dans un tiroir les pilules qu'elle est censée prendre car elle s'y refuse encore en un sursaut d'indépendance, et puis quand elle se shoote c'est à l'amour, non aux médicaments enfin ... plus maintenant !
Pour calmer sa paranoïa galopante, elle se raconte, avance des preuves, évoque ses anciens amants qui furent nombreux, mais comment aurait-il pu en être autrement ?
Les ombres de Clark Gable qu'elle surnommait : Daddy, celle de Marlon Brando, de Sinatra, de ? ... vous savez bien, l'acteur-chanteur français, ... d' Arthur Miller, sans oublier les frères non pas Karamazov mais Kennedy passent en une ronde que même Schnitzler n'aurait osé imaginer.
Pour réaliser son rêve : égaler Garbo, elle était prête à tout et puis quand on y pense, " le sexe, quel merveilleux moyen d'expression ! " Tant pis pour ceux qui croient avoir de l'esprit en évoquant sa marche horizontale. D'ailleurs, jouir ou jouer, il n'y a finalement qu'une petite lettre de différence ...
Seulement, voilà, plus on grandit et plus les rêves rapetissent.
Grâce à son talent, Virginie Stevenoot entretient l'illusion.
Qui est réellement son personnage ? Marilyn est là sous nos yeux évoquant son existence pour devenir de plus en plus réelle et quand la comédienne précisera : " Marie, c'est l'autre, moi je m'appelle Marilyn " elle nous a tellement touchés que sans hésiter, on décide de la croire.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com



16:22 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.