Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2008

Voyage en Sicile de Luigi Pirandello

THEATRE de l' ATHENEE
Square de l' Opéra Louis Jouvet
7, rue Boudreau 75009 PARIS
M° Opéra
loc. 01 53 05 19 19
Pl. 28,23,12 & 10€

Du jeudi 7 au samedi 23 février 2008
mardi 19h - du mercredi au samedi à 20h.
mat.except. dim 17 à 16h
& sam. 23 à 15h.

f0a21b355d00958f5504db6a3a87160a.jpg
photo : Philippe Delacroix.

Traduction, Jean-Loup Rivière,
mise en scène : Jean-Yves Lazennec.

2 pièces en 1 acte ...

- La fleur à la bouche,
avec Philippe Bombled, Jean Claude Frissung.

- Cédrats de Sicile,
avec Philippe Bombled, Chantal Deruaz, Jean-Claude Frissung, Christian Peythieu, Sophie Tellier.

Très curieusement, La fleur à la bouche écrite en 1923 va se révéler l'introduction idéale à Cédrats de Sicile écrite bien avant (en 1910) or nous savons que si l'oeuvre de Pirandello fut étroitement inspirée par sa vie, l'homme nourrissait des rapports particuliers à l'égard du temps. Il écrivait (nous dit-on) sous l'empire d'impulsions soudaines qu'il soumettait ensuite à une vigilante réflexion. La notion initiale de temps se trouvait donc abolie. On ne peut trouver mieux que le voyage pour symboliser le passage d'un état à un autre et précisément voilà un homme chargé de bagages (tout comme notre écrivain) qui vient de rater le dernier train. Il ne lui reste plus pour traverser la nuit que ses réflexions et ce providentiel interlocuteur, cet insomniaque surnommé " l'homme à la fleur à la bouche " auquel il pourra conter ses déboires familiaux.
Tel un ange bruyant, un train passe et cette fois c'est Micuccio que nous allons récupérer, lui pour qui le temps est encore immuable ainsi que les espoirs qui y sont liés. Teresina est devenue une cantatrice célèbre et l'écart s'est creusé entre elle et ce modeste joueur de piccolo. Marta, la mère tentera de rendre moins brutale la découverte mais en vain.
Ces deux textes sont servis par d'excellents interprètes et le seul regret que nous pourrions avoir est que le spectacle ne dure pas plus longtemps mais quelqu'un a dit je crois qu'il valait mieux laisser les spectateurs sur leur faim. Pirandello a donc réussi à émoustiller notre imagination et nous repartons avec la satisfaction d'avoir passé un court mais excellent moment de théâtre.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

15:45 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.