Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2008

Femmes de Manhattan de John Patrick Shanley

LA MANUFACTURE DES ABBESSES
7, rue Véron 75018 PARIS
(M° Abbesses ou Blanche)
Loc. 01 42 33 42 03
www.manufacturedesabbesses.com
Pl. 20 & 12€

Jeudi, vendredi, samedi à 21h.
Jusqu'au : 29 mars 2008

303188ae460d6e76b3ad3dc932f0545e.jpg


Mise en scène : Mitch Hooper
avec Isabel de Francesco, Blanche Veisberg, Sophie Vonlanthen, Walter Hotton, Marc Stussy.

De quoi parlent la majorité des femmes quand elles sont entre elles ? D'hommes, bien entendu.
De même qu'eux, de leur côté ...
Trois trentenaires dont l'une semble un tantinet éméchée, échangent impressions et confidences. C'est le soir, nous sommes à Manhattan en une époque où la gent féminine a la réputation d'être libérée.
On apprend rapidement que Billie est "très flirt" comme on dit. Pourtant elle est mariée et son époux l'adore au point de continuer à lui faire la cour après des années de mariage. (Cherchez l'erreur).
Rhonda Louise a flanqué Jerry à la porte mais ne peut se résoudre à faire disparaître les baskets du monsieur qui stationnent en plein milieu du salon.
(Cherchez la signification)
Enfin Judy convaincue que tous les hommes ou presque sont gays mais dont l'habillement est selon ses deux amies, un obstacle aux rencontres avec l'autre sexe, aura droit à quelques conseils indispensables. Du reste, Billie va arranger cela en organisant une rencontre ...
(Cherchez le mâle)
Ce dernier va se présenter sous l'apparence d'un superbe black, Duke très policé, connaissant les femmes par coeur mais qui, si l'on en croit le témoignage qui ne manquera pas de suivre, se comporte comme une vraie bête au lit.
(Inutile de chercher l'idée reçue).
John Patrick Shanley, (originaire du Bronx), après avoir obtenu un oscar du meilleur scénario en 1988 a décroché le prix Pulitzer en 2005 ce qui, selon moi - ne suffit pas à en faire un bon auteur de l'autre côté de l' Atlantique.
Le moment le plus charmant de la pièce est celui qui illustre la rencontre entre Duke et Judy mais cela repose avant tout sur la qualité de jeu de Marc Stussy.
Aucun reproche ne saurait être adressé aux autres interprètes qui font ce qu'ils peuvent avec un texte qui ne correspond pas exactement à notre mentalité profonde.
Cela dit, transposez aux Etats-Unis un texte typiquement français et à moins d'une exception qui confirmera la règle, les conséquences seront identiques.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

16:00 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.