Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2008

Les Forains de Stephan Wojtowicz

Théâtre La Bruyère
5, rue La Bruyère
75009 Paris
(M° St-Georges)

Tél. 01 48 74 76 99
Pl. 36/28/21/15 €

Du mardi au samedi à 21h.
Matinée, samedi à 17h.30

67042d107e6eeabda685dbbbad794431.jpg
photo : Serge Lafourcade.

Comédie de Stephan WOJTOWICZ (Molière du meilleur auteur 2006)
Mise en scène : Panchika VELEZ
avec Didier BRICE (Nono) - Nathalie CERDA (Jackie) -
Maxime LEROUX (Eddie) - Aliénor MARCADE-SECHAN (Hélène) - Matthieu ROZE (Olivier)

Le lieu où ils ont établi leur campement (une roulotte et un camion) surplombe la voie ferrée. Eddie dans son cahier note scrupuleusement les passages de trains, le nombre de wagons, histoire de s'occuper en comptabilisant le temps qui passe.
Jackie essaie de détourner son attention ne serait-ce que pour le ramener à la réalité commune, celle du repas qu' elle vient de préparer en conviant ce grand fauve à s'asseoir à la table de fortune.
Il manque le troisième, Nono parti acheter une pièce pour le camion en panne et qui s'est sans doute égaré à quelque comptoir de café. Et puis, on entend la chienne qui s'égosille au bout de sa chaîne ...
Brusquement un train s'arrête. Une femme en descend fuyant on ne sait quoi, on ne sait qui. Son mari en fait auquel elle échappe en plongeant dans la nuit noire.
Un autre homme va lui aussi, descendre du train qui va repartir sans ces deux là. L'aventure commence.
Ils sont tous fort en gueule, à des degrés divers car deux mondes devenus incommunicables vont se rencontrer avec ces cinq personnages.
Eddie, Jackie et Nono sont des laissés pour compte de la société car un jour, ils ont déraillés et comme le déclare Eddie,
- " Faut pas descendre, quand tu descends, tu remontes jamais."
Depuis, ils ont mis au point de nouvelles habitudes, se contentant (par force) de ce qu'ils ont, en une fratrie bourrue.
Hélène et Olivier appartiennent toujours au monde politiquement et socialement correct mais il suffit parfois d'un peu trop de vin pour que tout bascule.
Au moyen d'un décor et d'accessoires hyper-réalistes nous plongeons dans l'atmosphère de ce que d'aucuns nomment le quart-monde. Les rôles des trois forains sont magnifiques, portés par des comédiens qui campent avec maestria leurs personnages en les rendant plus vrais que nature.
La mise en scène est efficace et la puissance du texte ne laisse pas une seconde de répit au spectateur qui à la fin, se dit qu'il serait bien resté là avec eux, plus longtemps.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

13:50 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.