Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/01/2008

Le Funambule de Jean Genet

Maison de la Poésie-Paris- Petite salle.
passage Molière
157, rue St-Martin 75003 Paris
(M° Rambuteau)
Tél. 01 44 54 53 00
www.maisondelapoesie.com

Du 17 janvier au 13 avril 2008
Du mercredi au samedi à 19h.
Dimanche à 15h.
(relâche lundi et mardi)

774099c79b372353f3be577fcdbcfa05.jpg

Mise en scène et jeu : Pierre Constant.

Objets inanimés, avez vous donc ...

Le funambule devra séduire, apprivoiser le fil comme s'il s'agissait d'un renard rétif. Genet propose à Abdallah d'aimer l'objet qui doit le porter, d'un amour charnel.
Le fil fera de lui un albatros puisque le poète précise : " Je ne serais pas surpris quand tu marches par terre, que tu tombes. " La transcendance est à ce prix.
Nous allons découvrir Pierre Constant couché sur le sol, le crâne rasé, tout comme celui qui parle par sa bouche, soie rouge entre les dents : immense bout d'étoffe semblable à un parachute qui en touchant le sol se serait transformé en linceul. Car il s'agit d'atteindre une solitude mortelle, non de danser pour le public et ses applaudissements puisque c'est la propre image de l'artiste qui va oeuvrer pour lui et alors seulement, le fil dansera.
Jean Genet prodigue tous ses conseils au funambule lui précisant ce qu'il doit faire pour déclencher la fascination du public. Pour cela, il devra s'identifier à sa propre image non en une approche narcissique mais afin de se voir comme les autres le perçoivent, mieux : l'éprouvent ! Personne depuis Diderot n'avait à ce point, analysé l'état de l'artiste en action.
Par le miracle du verbe, Pierre Constant devient tout à la fois funambule et mentor, victime active et bourreau en puissance. Nous savons comment tout cela a fini. Ecrire ce texte était un tribut que l'auteur devait à celui dont la vie trop brève a traversé la vie de Genet comme une comète.
Faut-il tuer ce que l'on aime ? ...
Une fois entrés en possession de vos places l'accès à la petite salle s'effectue par la galerie située au 161, rue St-Martin où là, vous découvrirez des portraits du poète signés par des grands noms, ( allant de Jean Marais, à Cocteau en passant par Gilles Dattas et quelques autres); divers écrits originaux de l'auteur sont exposés, parsemés d'émouvantes ratures. Arrivez donc sur place en avance afin de pouvoir tout à loisir apprécier.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

11:10 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.