Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2008

Trois versions de la vie de Yasmina Reza.

AKTEON Théâtre
11, rue du Général Blaise
75011 Paris
(M° St-Ambroise)
Tél. 01 43 38 74 62
www.akteon.fr

Du mercredi au samedi à 20h.
Jusqu'au : 1er Mars 2008

9201fc29eca463c65833d92cd49ad9bb.jpg


Mise en scène : Eva Saint-Paul et Antoine Soulié.
avec Céline Espérin (Sonia) - Fabienne Tournet (Inès Finidori) - Julien Le Provost (Hubert Finidori) - Antoine Soulié (Henri) Gary Gillet et Pauline Devinat en alternance, seront Arnaud.

Si l'on fait le bilan des oeuvres dramatiques qui - sur un siècle - passeront à la postérité, fort peu demeureront, bien qu'étant presque toutes révélatrices d'une époque.
En revanche, il y a fort à parier que les écrits de Yasmina Réza seront de ceux qui vont perdurer.
A la qualité de l'écriture s'ajoute la réflexion quasi philosophique (n'ayons pas peur des mots). Or, (à ma connaissance), personne encore n'avait pensé à écrire une pièce nous fournissant plusieurs versions d'un seul et même événement.
A quoi pourtant, tient la réaction d'un individu ? Il suffit parfois d'un seul petit incident pour que se modifie l'état d'esprit du jour. C'est ce que certains désignent par l'expression : se lever ou non du bon pied. Ici, l'analyse va plus loin ...
Deux couples vont se retrouver trois fois de suite en un même appartement et dans les mêmes conditions; pourtant les réactions ne seront pas identiques.
Henri (Antoine Soulié) va tout d'abord être déprimé pour ne pas dire anéanti en apprenant la nouvelle qui lui est annoncée et qui détruit deux années de recherches et d'efforts.
C'est aussi qu'il se voit par les yeux de son épouse Sonia (Céline Espérin) qui lui reproche sa faiblesse vis à vis de leur fils.
Elle le trouve également servile, voire obséquieux face à celui qui apparaît comme son supérieur hiérarchique lequel arrive précisément avec un jour d'avance, situation déstabilisante au possible !
Hubert Finidori (Julien Le Provost) est une sorte de bellâtre assez fat, alliant à ces caractéristiques une nette tendance à la perversité sadique.
Son épouse, Inès ( Fabienne Tournet ) est la victime habituelle de cet homme en mal de domination morale. Le jeu de la comédienne fait de variantes, tout en subtilité, nous présente (entre autres) une scène d'ivresse d'une drôlerie qui parvient à éviter tous les écueils inhérents à ce genre de situation.
Elle restera toujours élégante sans une once de vulgarité. Ce n'était pas évident.
Les spectateurs rient beaucoup et dès la seconde version, intrigués se prennent ardemment au jeu, impatients de connaître la suite qui leur sera proposée.
Un excellent spectacle à voir et même revoir pour le simple plaisir.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

08:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.