Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/12/2007

Même si c'est vrai c'est faux de Henri Michaux

Théâtre Artistic Athévains
45bis, rue Richard Lenoir
75011 Paris
(M° Voltaire)
T. 01 43 56 38 32
Pl. 30€, TR 20€
tarif jeunes - 26 ans : 10€

Du 11 au 23 décembre 2007

mardi 19h. mercredi, jeudi 20h.30
vendredi 19h. samedi 18h
dimanche 16h.30 (relâche le lundi)

f52019e691ef48419458f9666a5505b7.jpg


adaptation théâtrale et mise en scène,
Isa Mercure et Gilles Guillot
scénographie : Claude Lemaire.
avec Gilles Guillot (Plume, etc ...)
Hervé Dupuis ou Bertrand Ravalard au piano sur une musique de Hervé Dupuis

Honfleur, grand ciel bleu parsemé de nuages, bruit de vagues, un homme lézarde sur la jetée. C'est à un voyage immobile que Gilles Guillot va nous convier et pour cela, il sera Plume, ce personnage inventé par Henri Michaux que l'auteur a gratifié d'un nom plus léger que l'air mais dont l'esprit véhicule de très nombreuses et parfois, très lourdes pensées.
Plume, c'est cet homme entre deux âges, coincé dans ce costume couleur de muraille qui prétend vouloir dormir mais dont l' esprit vagabonde en permanence. Car ce Neptune terrien déclenche des tempêtes, s'invente de terribles haines, joue les sérial-Scapin enfournant une multitude de Géronte en son sac.
- " Je peux rarement voir quelqu'un sans le battre " dira t' il.
Une petite copie de lui, habillée à l'identique, sorte d'avatar en miniature se trouve là, à proximité comme si son reflet dans l'eau, en émergeant avait rétréci.
Pluche semble croire en la métempsycose à part que, selon lui, l'âme ne vole pas, elle nage. Car il croit en Dieu, même si ce dernier n'en sait rien ... Le monde dans lequel il vit serait affreux s'il n'était aussi absurde. On y arrache des têtes car certaines tiennent et d'autres pas. Un rat, un mouton ou un éléphant peuvent aussi bien être écrasés quant au papier, son malheur est de rester couché sous la plume alors qu'il est amoureux de l'encre ...
Nous assistons à ce délire verbal dit de façon naturelle comme si tout ce que nous entendons était d'une banalité absolument quotidienne.
Le verbe chemine en compagnie du piano qui intervient en contrepoint. Des marionnettes, grandeur nature celles-là, font leur apparition. L'une d'elle porte couronne et puisque c'est la reine, notre homme l'accompagnera en un petit pas de danse avant d'accéder à plus d'intimité.
On entre (ou pas), en cet univers décalé qu'il faut sans doute bien connaître pour tout à fait l'apprécier car force est d'admettre qu' on n'y accède pas directement de plein pied.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

16:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.