Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2007

La veuve, la couturière et la commère de Charlotte Escamez

THEATRE de L' ATALANTE
10, Place Charles Dullin
75018 PARIS
(M° Anvers)
Loc. 01 46 11 90
Tarifs : 18€, 13€ & 8€

Du mercredi 14 novembre au samedi 22 décembre 2007
Lundi, mercredi, jeudi, vendredi, samedi à 20h.30
Dimanche à 17h. (relâche le mardi)

79374df3a61a1504ed206d7bbcc7790a.jpg
Photo : BM Palazon.

Farce onirique et meurtrière,
Mise en scène et lumières : William Mesguich

avec : Agathe Alexis (Maria) - Anne de Broca (Lola) - Michèle Simonnet (Antonia) - Philippe Fenwick (L'hidalgo) - Zbigniew Horoks (Le fou).

Texte publié aux éditions : " L'oeil du Prince "

Trois Erinnyes, trois sorcières de Macbeth, distillent leur venin sur une île. Elles font penser à des naufrageuses auprès desquelles il est plus qu' imprudent d'accoster.
Agathe Alexis, Anne de Broca et Michèle Simonnet seront ces trois fossoyeuses vengeresses, rivalisant de talent. Hydre tricéphale auprès de qui s'abîmeront l'hidalgo (Philippe Fenwick) et le fou (Zhigniew Horoks) dont la fantaisie respective sera confrontée à ces mégères apocalyptiques.
William Mesguich anime l'action grâce à une mise en scène active, inventive ...
Charlotte Escamez (l'auteur) tricote la métaphore, entrelaçant les fils de cette farce " onirique et meurtrière" où effectivement, la mort et la folie jouent les équilibristes sur le fil du rasoir.
Ces trois femmes s'activent sous nos yeux, l'une rafistole, l'autre embaume tandis que la troisième reste à l'écoute de ce qui se passe ou de son imagination, ce qui revient au même.
Le spectateur s'interroge tout au long de la pièce essayant de décrypter ce qu'il voit et entend, se surprenant à imaginer la fin ignorant si ce à quoi il assiste se déroule sur terre ou en enfer?
Submergé d'hypothèses toutes plus aléatoires les unes que les autres, on se laisse finalement porter par le jeu des interprètes car le climat est onirique, surréaliste et ... pardonnez du peu, fantastico-macabre !
Les partenaires masculins bien que victimes expiatoires ne sont pas en reste ...
Aucun fou ne saurait égaler celui-là quant à l' hidalgo ou hidalgotte si vous préférez, le personnage semble sorti tout droit d'un film d' Almodovar.
Bref, une pièce qui interroge, tout spécialement destinée à ceux qui aiment se poser des questions et qui parvient ensuite à nous hanter de bien étrange façon ...

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

19:05 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.