Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2007

L' EDUCATION DE RITA de WILLY RUSSELL

THEATRE MOUFFETARD
73 Rue Mouffetard
75005 PARIS
(M° Place Monge)
Loc. 01 43 31 11 99
Prix des places : 22€
TR : 15€

du 22 novembre au : 5 janvier 2008
du mercredi au vendredi à 20h.30
samedi à 17h & 21h.
dimanche à 15h.
ATTENTION : du 19 au 31 décembre, du mercredi au samedi à 21h.
samedi à 17h. dimanche à 15h. lundi à 21h.
matinée supplémentaire mardi 18 décembre à 18h.

3158e1e16f19be03f1fed64b73987810.jpg


Adaptation : Adriana SANTINI
Mise en scène : Christophe LIDON

avec Pierre SANTINI & Adriana SANTINI.

J'ai - en son temps et comme beaucoup - vu le film mais comme cela ne date pas d'hier et ne l'ayant pas revu depuis, me voilà du même coup à l'abri de toute comparaison.
Du reste, peut-on mettre en parallèle cinéma et théâtre, j'aime à croire que cela est impossible, même si parfois les deux disciplines se confondent au mépris de toute imagination.
Ah ! cet abus de vidéos sur scène ... Ici, il n'en est rien, fort heureusement et la bibliothèque aura même certains aspects ludiques ...
Pierre Santini sera Frank, ce vieux professeur alcoolique et sa fille Adriana jouera les tornades sous le nom de Rita. Nous ne sommes pas loin du Pygmalion de Shaw et la jeune femme a (presque) tout à découvrir ... Ce faisant, elle va peu à peu inciter son mentor à reprendre goût à la vie. Ce ne sera pas sans heurts ni sans difficultés car ces deux personnalités d'âge différent vont nécessairement s'affronter. Les milieux sociaux diffèrent aussi ce qui est un obstacle de plus pour cette coiffeuse de 26 ans sorte de petit canard sur le point de devenir cygne, qui n'appartient plus à l'univers qui est encore le sien et pas encore à celui auquel elle aspire. Il n'est pas rare que stimulé, l'élève dépasse le maître ou du moins le suppose ce qui peut déboucher sur un conflit. Ces deux là vont vivre sous nos yeux toutes les phases de leur évolution jusqu'à ce qu'ils prennent conscience de leur complémentarité.
Adriana Santini apporte sa fougue volontiers iconoclaste au personnage de Rita tandis que son parental homonyme lui oppose sa proverbiale solidité. Le fait que père et fille jouent ensemble ces deux personnages leur enlève peut-être un peu d'ambiguïté mais les spectateurs pourront bien sûr, imaginer la suite de l'histoire selon leur gré et ce avec d'autant plus de facilité qu'il m'a semblé que la fin restait ouverte.
A voir, bien sûr !

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

18:50 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.