Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/12/2007

BASILE de Caroline DARNAY

THEATRE DU PETIT GYMNASE
38, bd. Bonne Nouvelle
75010 PARIS
(M° Bonne Nouvelle)
Tél. 01 42 46 14 07
Pl. 25€ TR. 10€

jusqu'au : 23 décembre 2007
chaque samedi à 18h.

3806c420659f518b8c09f786ad8826dd.jpg

Mise en scène : Rémi PRECHAC
avec Caroline DARNAY et Damien BOISSEAU.

Une histoire un peu ... " brut de décoffrage " issue d'un cerveau actuel, traitant d'une période que Dumas illustra avec talent, des sentiments que Marivaux traita avec subtilité mais il serait - il est vrai - malaisé d'être les deux à la fois.
Basile en sa qualité de chef de la police, appartenant au sieur Mazarin et cadet (non de Gascogne) mais celui du surintendant Fouquet (pleurez, Nymphes de Vaux ... là, j'anticipe ! ) va malencontreusement tomber amoureux d'une femme au dessus de sa condition puisqu'il s'agit de la duchesse de Châtillon laquelle à ses heures perdues, complote quelque peu pour le Prince de Condé ...
Bien entendu, la belle n'a que mépris pour le commensal du célèbre cardinal.
Il va donc sous couvert de disgrâce royale, la kidnapper afin de l'avoir à disposition. On ne saurait être plus expéditif !
N'oublions pas que le Siècle de Louis XIV fut également celui de " l'affaire des poisons " mais notre homme ne courtisait pas La Voisin et de toutes façons, l'amour rend aveugle quand ce n'est pas complètement idiot, comme chacun sait.
Croyant tenir sa proie en ses griffes acérées, Basile va avaler le poison après avoir fait cadeau de l'antidote. Pas très finaud, notre chef de la police !
Rassurez-vous, tout coeur de pierre comporte une faille par laquelle Cupidon parviendra à se faufiler. Ouf ! on a eu peur ...
Le spectacle se partage entre séquences filmées et scènes jouées. Les costumes sont superbes, le décor à la fois fonctionnel et très beau. Il est seulement dommage que l'on voit les interprètes eux-mêmes le modifier sous nos yeux à une époque où l'on ne manquait pas de domestiques.
Damien Boisseau nous campe un Basile au jeu nuancé quant à son auteur(e)-partenaire, cette dernière boule le texte de façon littéralement suicidaire.
On est tenté d'ajouter : après tout c'est le sien et elle en fait ce qu'elle veut !
A ce détail près et si l'on n'est pas allergique à la mixité des genres actuellement à la mode, (vidéo-théâtre) les spectateurs pourront passer cette heure et demie d'assez agréable façon.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

10:30 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.