Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/11/2007

Laisse flotter les rubans de Jacqueline de Romilly.

THEATRE DES MATHURINS
Petite Salle,
36, rue des Mathurins
75008 PARIS
(M° Havre-Caumartin)
Location : 01 42 65 90 00

Mercredi à 16h.60
Dimanche à 18 h.

TU : 23 €

97879af174c76ac706194020dfae765b.jpg


Mise en scène : Philippe Rondest
avec Bérengère Dautun.

Tour à tour impérieuse, suave ou tranchante mais toujours déterminée, Bérangère Dautun illustre ici grâce au texte de Jacqueline de Romilly le sort de ces femmes jusqu'alors hyper-protégées qui ne commencent à s'assumer qu'au moment du veuvage. Personnage puisant sa force dans la fragilité initiale et se découvrant comme en un univers inexploré.
Toutes les petites sensations parfois presque inavouées vont ici voir le jour afin d'être surmontées. C'est en quelque sorte à la naissance tardive d'un être à laquelle nous allons assister. La femme dans toute son intégralité verra le jour, réglant subtilement ses comptes vis-à-vis du passé, sans rancune mais de façon inéluctable car ce qui fut ne peut-être effacé.
Plus d'une spectatrice se reconnaîtra au passage ... mais n'était-ce pas le but ?
Posément, cette grande bourgeoise fait le point sans passion superflue, dignement avec cette infime pointe de supériorité qui est l'apanage de ceux qui ont traversé les épreuves en évitant les remous.
La comédienne est à la hauteur de sa réputation et la mise en scène à la fois discrète et présente de Philippe Rondest aide à ne plus percevoir le texte comme un monologue mais tout simplement comme une tranche de vie.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

14:30 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.