Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2007

Ecoute, c'est la vie ! de Robert Poudérou.

TREMPLIN THEATRE
39, rue des Trois Frères
75018 PARIS
(M° Abbesses)
Tél. 01 42 54 91 00

Chaque mardi à 20h.30
Du : 16 octobre au 18 décembre 2007 -

42c1702a8e155d05fa5db5b6cc025354.jpg


Texte et mise en scène de l'auteur.

Par le choix du titre, l'auteur semble vouloir nous dire,
- " c'est ainsi, on ne peut pas juger. "
Qui est donc cette Marie, bonne mère, épouse aimante, trop aimante presque, puisque à force de s'occuper des autres, son
" homme " n'est jamais là ...
Plus camériste que boniche, elle s'occupe d'une ancienne gloire de la chanson dont elle promène aussi le chien. Ce qui lui permet de faire des rencontres ...
Elle appartient à cette catégorie d'êtres que rien ne salit, où qu'ils aillent, quoiqu'ils fassent. Peut-être est-ce l'apanage de l'amoralité ?
Son coeur appartient à Joseph mais elle prête son corps moyennant quelques billets qu'elle enfouira prestement dans son décolleté sans que son esprit se pose de questions ... Le terme de tromperie semble lui être étranger.
En un subtil phénomène de compensation, elle abandonnera un temps, Joseph à Madame dont l'époque des conquêtes est révolue pour s'apercevoir ensuite que la jalousie n'est pas seulement faite pour les autres. N'est pas Merteuil qui veut !
Etrange personnage à la complexité réputée féminine, qui se laisse porter par la vague. On pourrait expliquer semblable comportement par un trop plein d'énergie, une insatiabilité physique or quand son corps en tutoie provisoirement un autre, parier qu'elle ne compte pas les motifs de la tapisserie serait risqué. En dehors de Joseph, ce n'est visiblement pas pour le plaisir. Alors quoi ?
- " Dieu, que la femme me reste obscure ! " comme dirait ...

Martine Coste qui travaille sous les directives de son auteur-metteur en scène joue ici non pas les ingénues libertines mais les énigmes agréables à regarder. L'éternelle Sphinge ne cesse de faire école.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

08:45 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.