Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2007

Le médecin de son honneur de Calderon de la Barca

THEATRE de l' OPPRIME
78, rue du Charolais
75012 PARIS
(M° Dugommier, Reuilly-Diderot ou Gare de Lyon)
Loc. 01 43 40 44 44
Tarifs : 15 & 10 €

Du 17 octobre au 17 novembre 2007
du mercredi au samedi à 20h.30
dimanche à 17h.

b51924a592d376dd8e7ca5f334d1cd69.jpg

Mise en scène et traduction : Hervé Petit
avec : Karim Abdelaziz, Geneviève Esménard, Karine Fellous, Jean-Claude Fernandez, Sylvie Florio, Hervé Petit, René Hernandez, Luc Reboullet, Yasmahane Yaqini.

Texte publié aux Editions de l' Amandier

Désireux d'échapper à la trop fréquente sentence : " traduttore, traditore " Hervé Petit s'est d' évidence conformé étroitement au texte initial de Pedro Calderon de la Barca. Grâce lui en soit rendue ! Mais si les passions sont omniprésentes à toutes les époques, leur mode d'expression varie quelque peu au fil du temps ...
Les crimes de sang ou d'honneur perdurent certes, en certaines sociétés mais sont moins compréhensibles à notre époque. Aussi vous avouerai-je que (ceci n'engage que moi) entendre ce texte remarquablement écrit, souvent poétique mais également outrancier dit par des personnages habillés de façon actuelle m'a quelque peu dérangée. Nos actuelles démocraties si contestables soient elles ne conçoivent plus cette adoration du Pouvoir et même le plus délirant de nos politiques ne pourrait imaginer - face au miroir dans lequel il contrôle son rasage - que quelqu'un puisse un jour lui dire,
" le sol que vos pieds ont foulé est un dais souverain qui illumine tous les points cardinaux de l'univers " !
Si le spectateur n'écoute pas sans entendre, il lui est difficile de ne pas esquisser un sourire ...
Faire passer ce texte demande donc une longue accoutumance à cette sorte de répertoire ce que d'évidence, tous n'ont pas.
J'excepterai de cette remarque Geneviève Esménard absolument parfaite dans le rôle de Jacinta. (sa trajectoire ayant emprunté celle du TNS, faut-il s'en étonner ?) et pour d'autres raisons non moins valables, la facétieuse Ysmahane Yaquini qui apporte une note joyeuse à cette sombre histoire.
Cela dit, les spectateurs semblent passer sur place un bon moment. N'est-ce pas l'essentiel ?

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

13:05 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.