Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/09/2007

Autour de ma pierre, il ne fera pas nuit de Fabrice Melquiot.

VINGTIEME THEATRE
7, rue des Plâtrières
75020 PARIS
(M° Ménilmontant)
T. 01 43 66 01 13
Pl. 22 €, TR 17/12 €

Du mercredi au samedi à 19h.30
Dimanche à 15h.
Jusqu'au : 28 octobre 2007.

71bcf11434fc96acfa6822203793f32d.jpg


Mise en scène & scénograhie : Franck Berthier
avec Arnaud Denissel (Juste) - Justine Martini (Dolorès) - Patrick Palmero (Louis Bayle) - Daniel San Pedro (Dan) - Jean-Pierre Poisson (Elvis) - Guillaume Ravoire (Ivan) - Elsa Rozenknop (Laurie).

Contre-pied de : " auprès de mon arbre, je vivais heureux " ...
Ces personnages à la dérive semblent précisément manquer de racines. Le pater familias se travestit, les deux fils détroussent les morts ... Qui dit mieux ? Et pourtant le rêve subsiste. Faut-il qu'il ait la vie dure ! ... Un Elvis de pacotille hante les esprits, l'amour se trompe de porte et le tout baigne dans une atmosphère franchement pasolinienne. Les garçons sont beaux et musclés (évidemment) la tragédie se nomme dérision, une atmosphère lourde plombe les lieux.
L'ambition passe par le désir de possession dont les plus criants souhaits sont une cadillac et une veste en peau de serpent. Elvis n'a plus qu'à chanter " on a tous quelque chose en nous de Tennessee " car au delà de la mort, le répertoire appartient à tout le monde.
L' existence de ces fantômes de chair en quête d'une signification suggère un parcours tout à la fois sensuel, tendre et violent incluant à la fois espoir et désespérance. Seule l'aube pourra laver tout cela (une fois de plus ? ... )
Le spectateur intrigué suit les péripéties de façon avide et l'on souhaiterait presque de voir et revoir le spectacle en boucle jusqu'à satiété car nous ressortons du lieu l'esprit un peu flottant, concernant non le spectacle mais la vie, preuve que Fabrice Melquiot a atteint son but.
Pour faire passer le message, Franck Berthier a misé sur l'implication des comédiens portés par l'esthétisme des corps et on ne peut que saluer la réalisation en rêvant d'une journée triptyque.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

11:05 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.