Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/09/2007

NE NOUS QUITTE PAS ! de Gil Galliot Yves Hirschfeld

THEATRE TRISTAN BERNARD
64, Rue du Rocher
75008 PARIS
(M° Villiers)
Loc. 01 45 22 08 40
Pl. 32/26/20€
Etud. - 26 ans : 10€
- 50% sur le plein tarif jusqu'au 11 septembre.

Du mardi au samedi à 21h.
+ samedi à 18h.

414242ea20841f645b1c24b1ca9a328d.jpg

Mise en scène : Gil GALLIOT
avec Philippe LELIEVRE, Gil GALLIOT & Fred NONY.
et la voix de Sophie Le TELLIER.

Combien de personnalités peuvent-elles cohabiter en un seul personnage ? ...
Comment est-on perçu par l'être aimé ? ...
Ce sont les questions (insidieuses au possible), que semblent se poser nos co-auteurs mais comme ils ne voulaient pas que le spectacle vire à " la prise de tête " ils ont choisi le mode ludique, voire carrément burlesque pour évoquer la chose ...
Un être n'est pas absolument le même aux différentes périodes de sa vie. Il évolue plus ou moins bien et parfois celui ou celle que nous avons connu au départ n'a plus rien à voir avec celui de l'arrivée, 15 ou 20 ans après. Pourtant, c'est bien la même personne ?
Agnès pleure ses trois Paul,
- celui du tout début, beau jeune, fougueux (Philippe Lelièvre)
- cet autre plus mûr, sécurisant, un tantinet possessif et parfois pragmatique jusqu'à l'ennui. (Gil Galliot)
- et enfin, ce Paul rhumatisant, dont la fragilité - pourtant poétique - le pousse à l'hypocondrie car certains hommes vieillissent mal. (Fred Nory)
Chacun de ces trois comédiens prend un plaisir évident à investir son personnage, que dis-je ? A se vautrer dans ses travers ... et ce faisant, ils nous arrachent des rires. Après s'être convoquée, notre trinité masculine va conclure que " le couple, c'est simple mais ... dans une sorte de complexitude "
Le premier Paul ne pensait qu'à l' amour en tant que prouesse physique, le second est obsédé par le travail et s'exprime en termes de marketing et enfin, le troisième Paul est presque retombé en enfance tant il a besoin qu'on lui dorlote ses petites misères. Alors forcément, Agnès regarde ailleurs ... et Paul ne comprend pas ce qui arrive.
Célibataires ou mariés, les spectateurs croient se souvenir de certaines situations qui - appliquées à d'autres - sont mille fois plus drôles, évidemment !
On ne verra jamais Agnès puisqu'elle est l'obsession de ces hommes de même que ces derniers ne parviennent à quitter son esprit. Ah ! l' Amourrr ... l'Amourrr !

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com.

16:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.