Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2007

NOUS SOMMES DE CELLES - version théâtrale, chansons de Anne Sylvestre.

Théâtre de l' AKTEON
11, rue du Général Blaise
75011 PARIS
(M° St-Ambroise)
Loc. 01 43 38 74 62
Tarifs : 16 & 10€

du : 29 Août au 15 Septembre 2007
à 21h.30 du mercredi au samedi.

9c2f1e62e631041c36154d6e6fcc720a.jpg


Interprétation et mise en scène : Katia Redier & Anne Veyry.
Mandole, mandoline et guitare : Ensemble Gabriele Leone
Lumières : Rémi Godfroy

L'une est grande, blonde - un peu anguleuse, l'autre, brune - plus petite, plus ronde et elles se complètent parfaitement. Juchées sur des tabourets, dos au public (pour commencer car elles ne font rien comme tout le monde) nos deux interprètes parviennent à faire passer le texte qu' éberlués nous recevons cinq sur cinq.
En fond de plateau, face au public : deux musiciens à cordes, guitare et mandoline égrènent les notes, cristallines,( bien talentueux, eux aussi.)
Et bien non, Anne Sylvestre ne sera pas chantée, elle sera dite avec douceur, parfois véhémence, toujours avec conviction et humour. Force est de constater que des textes d'une telle qualité, ça ne se rencontre pas à n'importe quel coin de scène et on se demande même comment on a pu s'en passer ...
Quant à ces deux là que l'on découvre - ravis - elles font naître sous nos yeux des personnages, leurs " frangines " ...
Celle ci est immense puisqu'elle se nomme Gulliverte et s'offre à la curiosité de tous ces petits bonhommes complètement dépassés par l'énormité de la situation.
" - On m'appelle Benoïte " dit la blonde qui, les yeux baissés a aussi pivoté sur son perchoir pour nous offrir son meilleur profil.
Elles vont ensuite se lever devenues brusquement rivales, passant derechef à l'accent bourge-méprisant, ne serait-ce que "pour faire des vagues, rien qu'une fois" ! Comme elles diront plus tard : " c'est la faute aux hormones, Simone " mais je vous laisse découvrir pourquoi.
Vous aviez remarqué que l'univers féminin se partage en deux catégories ? Les sans fesses et celles qui en ont trop. C'est pourtant vrai et il en est ainsi depuis qu' Eve a croqué la pomme or s'il suffit d'être blonde pour que la gent masculine rêve immédiatement de Marylin mais si toutes étaient blondes, hein ? ... Ils feraient quoi ? Alors mieux vaut se contenter de sa carcasse puisqu'au final c'est notre meilleure amie. Tous ces propos relèvent du bon sens et déclenchent la sympathie tout comme nos deux nouvelles amies car le spectacle nous les a rendues proches et nous espérons les voir et les revoir encore en ce lieu ou un autre car elles méritent largement le détour.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

10:50 Publié dans THEATRE | Lien permanent

AUX DEUX COLOMBES de Sacha Guitry

PEPINIERE-OPERA
7, rue Louis le Grand 75002 PARIS
Loc. 01 42 61 44 16
(M° Opéra)
Places : 34/24€
mercredi : 28/19€
Premiers aux premières du 22 aôut au 4 septembre
50% sur le tarif plein.

Du mardi au samedi à 21h.
également samedi à 18 h.

3e5e5a848e9da4135f2103235a53de1d.jpg


Mise en scène : Jean-Laurent Cochet
avec Jean-Laurent Cochet, Virginie Pradal, Catherine Griffoni, Paule Noëlle, Anne-Marie Mailfer.

Quiconque voudrait imiter Guitry se couvrirait de ridicule et Jean-Laurent Cochet le sait bien, aussi son jeu se situe t' il aux antipodes du génial mais narcissique Sacha. Le poing résolument vissé sur la hanche en une posture qui lui est familière ... le visage souligné d'un collier de barbe neigeux, sans doute pour qu'on ne le confonde pas avec Hitchcock auquel il ressemble de plus en plus, J.L.C. sera donc cet époux converti en prince de harem à son corps défendant.
L'actuel metteur en scène et interprète nous a déniché cette introuvable comédie légère, joyeusement caustique où Guitry prouvait une fois de plus combien il exécrait et de ce fait adorait les femmes ... Lui qui déclara à l'une d' elles car il se maria souvent : " Tu bailles ? Tu bailles ? Et bien, bye-bye ! " se voit brusquement envahi par deux officielles épouses en une involontaire bigamie avec dans le même temps, l'espoir c'est à dire l' Avenir au féminin qui frappe à sa porte.
Cet éminent avocat parisien a épousé la soeur de sa première épouse disparue depuis deux décennies et coup de théâtre imprévisible dans la vie de cet homme rangé, voilà la première qui ressuscite ! Les deux soeurs vont bien évidemment se crêper le chignon tandis que complètement débordé par les événements, l'époux se déclarera bien embarrassé pour choisir entre l'une et l'autre.
Seul l' Esprit permet de sortir des situations inextricables et Guitry n'en manquait pas ! Qu'est-ce qui motive une épouse sinon la possession, il suffit donc de trouver l'os à ronger et notre juriste a bien évidemment plus d'un tour dans son sac.
Comme d'habitude, Virginie Pradal est absolument époustouflante dans le rôle de la première épouse et déclenche un tonnerre d'applaudissements bien mérité.
Paule Noëlle sera la légitime en place qui n'a nullement l'intention de quitter les lieux tandis qu' Anne-Marie Mailfer est la bonne qui en dépit de sa fidélité à Monsieur n' hésiterait pas à plier bagage si ces deux là devaient stationner trop longtemps. Guitry ayant l'optimisme chevillé au corps, la solution sera vite trouvée en la personne de cette Grande Duchesse russe, descendant en droite ligne de Nicolas II et qui roule les r à ravir ... Catherine Griffoni n'est pas blonde ce qui ne l'empêche pas de justifier le célèbre charme slave.
Bien que ce ne soit pas la meilleure pièce écrite par celui que l'on considère à juste titre comme le père du boulevard, la maestria de l'auteur est telle que le résultat se situe largement au dessus de la moyenne de ce mode d'expression.

Simone Alexandre
theatrauteurs. hautetfort.com

10:40 Publié dans THEATRE | Lien permanent

HAPPY HANOUKA ! de Alex Pandev & Sylvie Audcoeur

THEATRE MICHEL
38 rue des Mathurins 75008 PARIS
M° Havre Caumartin.
Location : 01 42 65 35 02
Prix des places : 36 & 26 €
Premiers aux premières (50%) du 21 Août au 16 septembre inclus.

Représentations du mardi au samedi à 20h.45
matinées le samedi à 16h.30 & le dimanche à 15h.

8947b257f51cc7f8953fb22b1903f5b1.jpg


Mise en scène : Jean-Luc Moreau (assisté de Sonia Sariel)
avec Maaïke Jansen, Alex Pandev, Sylvie Audcoeur et Ary Abittan

Certaines dates se veulent incontournables. A fortiori dans une famille juive (pratiquante) où l'on ne saurait oublier cette fête des lumières baptisée (si je puis dire ...) Hanouka.
David (Ary Abittan) va profiter de la circonstance pour annoncer son mariage décidé à l'emporte-pièce, lors d'un tournoi de poker à Las Végas. Si l'on n'y prend garde, certains paris sont susceptibles d'engager toute une vie !
La famille Rosenfeld a pour caractéristique de respecter la tradition dans une atmosphère explosive. On comprend très vite que la mère (Maaïke Jansen) y est pour beaucoup. Quant à la cadette (excessive mais géniale Alex Pandev) ici, comédienne en herbe mais surtout en cocaïne, cette dernière vient de se faire jeter par un superbe africain dont elle se déclare : raide-dingue.
Peut-elle - en ce cas - être d'un quelconque secours pour ce frère qui vient secrètement de contracter un mariage mixte et se trouve fort embarrassé pour annoncer la nouvelle ?
La nouvelle épousée (Sylvie Audcoeur) est bretonne, catholique convaincue ce que confirme la croix qu'elle arbore avec autant de conviction que d'inconscience.
Le père dont il sera souvent question a pris la poudre d'escampette en se convertissant à la seule religion indiscutable depuis la Nuit des Temps et qui se nomme : Amour.
David n'est pas un foudre de guerre et sa mère est ce que l'on a coutume de nommer une fieffée emmerdeuse !
La soirée va s'avérer mouvementée au possible, truffée d'incidents et si la subtilité n'est pas toujours au rendez-vous, à en juger par les réactions de la salle, la caricature de certaines familles en réjouit plus d'un.


Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

10:15 Publié dans THEATRE | Lien permanent