Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2007

NOUS SOMMES DE CELLES - version théâtrale, chansons de Anne Sylvestre.

Théâtre de l' AKTEON
11, rue du Général Blaise
75011 PARIS
(M° St-Ambroise)
Loc. 01 43 38 74 62
Tarifs : 16 & 10€

du : 29 Août au 15 Septembre 2007
à 21h.30 du mercredi au samedi.

9c2f1e62e631041c36154d6e6fcc720a.jpg


Interprétation et mise en scène : Katia Redier & Anne Veyry.
Mandole, mandoline et guitare : Ensemble Gabriele Leone
Lumières : Rémi Godfroy

L'une est grande, blonde - un peu anguleuse, l'autre, brune - plus petite, plus ronde et elles se complètent parfaitement. Juchées sur des tabourets, dos au public (pour commencer car elles ne font rien comme tout le monde) nos deux interprètes parviennent à faire passer le texte qu' éberlués nous recevons cinq sur cinq.
En fond de plateau, face au public : deux musiciens à cordes, guitare et mandoline égrènent les notes, cristallines,( bien talentueux, eux aussi.)
Et bien non, Anne Sylvestre ne sera pas chantée, elle sera dite avec douceur, parfois véhémence, toujours avec conviction et humour. Force est de constater que des textes d'une telle qualité, ça ne se rencontre pas à n'importe quel coin de scène et on se demande même comment on a pu s'en passer ...
Quant à ces deux là que l'on découvre - ravis - elles font naître sous nos yeux des personnages, leurs " frangines " ...
Celle ci est immense puisqu'elle se nomme Gulliverte et s'offre à la curiosité de tous ces petits bonhommes complètement dépassés par l'énormité de la situation.
" - On m'appelle Benoïte " dit la blonde qui, les yeux baissés a aussi pivoté sur son perchoir pour nous offrir son meilleur profil.
Elles vont ensuite se lever devenues brusquement rivales, passant derechef à l'accent bourge-méprisant, ne serait-ce que "pour faire des vagues, rien qu'une fois" ! Comme elles diront plus tard : " c'est la faute aux hormones, Simone " mais je vous laisse découvrir pourquoi.
Vous aviez remarqué que l'univers féminin se partage en deux catégories ? Les sans fesses et celles qui en ont trop. C'est pourtant vrai et il en est ainsi depuis qu' Eve a croqué la pomme or s'il suffit d'être blonde pour que la gent masculine rêve immédiatement de Marylin mais si toutes étaient blondes, hein ? ... Ils feraient quoi ? Alors mieux vaut se contenter de sa carcasse puisqu'au final c'est notre meilleure amie. Tous ces propos relèvent du bon sens et déclenchent la sympathie tout comme nos deux nouvelles amies car le spectacle nous les a rendues proches et nous espérons les voir et les revoir encore en ce lieu ou un autre car elles méritent largement le détour.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

10:50 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.