Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2007

QUE JE T' AIME ! Courrier du Coeur de Clémence Massart

THEATRE des MATHURINS
36, rue des Mathurins
75008 PARIS
(M° Havre-Caumartin)
Loc. 01 42 65 62 46

du : 24 mai au 3 juin 2007
du mardi au samedi à 21h.
dimanche à 17h.

et du 6 juin au 24 juin 2007
le mardi, jeudi et samedi à 21h.
dimanche à 17h.

d78e3e856e80ddda825d546d931517b7.jpg


Collaboration artistique : Philippe Caubère.

La truculence au féminin ne constitue pas une mince prouesse !
Une fois de plus, Clémence Massart a réussi cet exploit.
Vétue d'une provinciale petite robe rouge à fleurs, un noeud dans les cheveux qui semble y stationner depuis l'enfance ... La Massart nous assène ce courrier du c...oeur ! ... ( Après tout, les deux sont concernés ) C'est qu' elle n'a pas peur des mots notre Clémence or très bizarrement elle peut tout dire, tout se permettre tant son talent emporte tout.
Les situations sont crues ( ... très ! ) mais quoiqu' elle dise, quoiqu'elle fasse cette comédienne hors-norme réussit l'exploit de n'être jamais vulgaire. Chapeau !
Son spectacle englobe toute l'étendue d'une vie depuis la petite fille qui se demande si elle n'est pas enceinte sans savoir exactement comment cela s'est passé ? ( on perd la tête ou pas, allez vous dire ) cette galerie de personnages nous mènera à la veuve septuagénaire qui se ressent encore de furieuses ardeurs!
Jusqu'à quel âge Ninon de Lenclos a t'elle poursuivi sa carrière?
L' antidote aux conséquences était-elle déjà Pernod + naphtaline?
La comédienne envahit la scène à elle seule, chante (dans des tessitures différentes car rien ne l' arrête) s'accompagne à l' accordéon, une clope imaginaire collée au coin des lèvres, se transforme en africaine et chaque fois le miracle s'accomplit. Personnellement, j'ai à plusieurs reprises essuyé des larmes, d'autres ont dû carrément pisser de rire.
Allez-y, faites vite car il ne faut jamais bouder son plaisir.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

15:10 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.