Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2007

MATA HARI un spectacle musical d' Herman van Veen

THEATRE du RENARD
12, Rue du Renard
75004 PARIS
(M° Hôtel-de-Ville)
Loc. 01 42 64 30 53

12 représentations exceptionnelles,
du 22 Mai au 2 Juin 2007
tous les jours y compris dimanches & lundis à 21h.

d2c50dedf4e24702a6e426c92c4d0b47.jpg


avec Gaëtane Bouchez
Wendel Spier, Silke Mehler (danse) &
Martine de Kok (piano & accordéon

L' introduction musicale est à la fois grandiose et dramatique, propice à mettre en condition les plus lymphatiques d'entre nous qui ne pourraient que se sentir immédiatement transportés. Ensuite, Herman van Veen - metteur en scène - a visiblement voulu jouer des contrastes, utilisant ce décrochage de noir et blanc formé par la rencontre : religieuse-danseuse, austérité-sensualité.
Wendel Spier n'est pas Mata-Hari mais seulement son symbole, sa chorégraphie pouvant également évoquer celle de Salomé et pourquoi pas une Isadora Duncan aux longs voiles meurtriers ? Mais ne nous égarons pas ...
L' histoire telle qu'elle nous est narrée est véhiculée par Anna,
l'amie de toujours qui vient témoigner devant ce tribunal, les pièces à conviction étant cette robe et ce chapeau couleur de sang vif.
Or en période de guerre que vaut la vie d'une courtisane soupçonnée de connivence avec l' ennemi ?
Résolument, Herman van Veen et Gaëtane Bouchez qui a écrit l'adaptation française, n'ont pas voulu nous présenter un drame, que dis-je, une tragédie moderne évitant toute situation pléonastique pour mettre au point ce spectacle musical un peu à la façon dont les souvenirs enjolivent les pires moments d' une vie.
Les voix sont agréables qu'il s'agisse de celle de la comédienne-adaptatrice ou de cette autre, plus puissante dans le mode d'expression appartenant à Martine de Kok qui avec un bonheur égal, accompagne à l' accordéon ou au piano.
Les interventions ponctuelles de Silke Mehler constituent un véritable délice tant la comédienne illustre ses personnages successifs avec cet esprit malicieux qui semble la caractériser en une totale implication.
Je ne déplorerai qu'une seule chose qui est l'utilisation de ces micros " brosse à dents " dont la présence sécurise peut-être les interprètes mais ampute notre enthousiasme qui se voudrait entier. A ce détail près, les spectateurs devraient passer une excellente soirée.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

11:35 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.