Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2007

LE DINDON de GEORGES FEYDEAU

THEATRE TRISTAN BERNARD
64, rue du Rocher
75008 PARIS
(M° Villiers)
Tel. 01 45 22 08 40

Places : 32/26/20€
Etudiants, - de 26 ans : 10€

Du mardi au samedi à 21h. + samedi à 17h.30

medium_ledindon.jpg


Adaptation et mise en scène : THOMAS LE DOUAREC

avec : Hugues BOUCHER - Nathalie CORRE - Bénédicte DESSOMBZ - Christian MULOT - Stéphanie PAPANIAN - Elise ROCHE - Michel SCOTTO DI CARLO - Christof VEILLON.

Comme on disait sur France-Inter : " passé les bornes, y' a plus d' limites ! " et Thomas Le Douarec est un pléthorique qui poursuit sa course en avant en mettant la barre toujours plus haut. Vous pourriez assister à l'un de ses spectacles après deux nuits blanches sans courir le risque de vous endormir. Les portes claquent, elles sont nombreuses et servent très souvent.
Bien sûr, le texte est remis au goût du jour puisque les bourgeois du XIXème siècle sont remplacés par ces bobos très, très smart. Les costumes sont élégants (merci, Claire Djemah) et les dessous de Nathalie Corré valent leur pesant de ... dentelles - tout simplement. Qu'espériez vous d'autre ?
La comédienne a certes tendance à en faire des tonnes mais peut-être est-ce pour compenser la légèreté de sa tenue ?
Les clins d'oeil (plus qu'appuyés) à l'actualité sont légion allant de personnages du show-biz aux interventions musclées de commandos menés par UNE commissaire, sans oublier le cow-boy friqué qui passe sans transition de l'accent de Las Vegas à celui de Marseille. Heureusement que l'on connaît la trame initiale sinon on s'y perdrait. Les puristes de dépit en avaleront leur programme mais quand on connaît le metteur en scène il est impossible de s'étonner. En tous cas les comédiens s'en donnent à coeur joie et leur plaisir est communicatif.
Cela dit, je me pose une question depuis quelques temps, le petit Thomas n'aurait il pas eu jadis à subir trop d'ennuyeuses matinées scolaires pour s'éclater de la sorte par le biais de textes considérés comme des classiques ? Seul l' intéressé pourrait le dire ...

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

15:25 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.