Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2007

LE MANDAT de Nicolaï Erdman.

THEATRE 13
103A, boulevard Auguste Blanqui
75013 PARIS
(M° Glacière)
Tél. 01 45 88 62 22

Pl. 22€ - TR. 15€
& le 13 de chaque mois : TU : 13€

mardi, mercredi, vendredi à 20h.30
jeudi & samedi à 19h.30
dimanche à 15h.30
jusqu'au : 3 juin 2007

medium_mandat3.jpg

photo : Virgile Biechy.

Mise en scène : Stéphane Douret
avec : Claire Nadeau, Gwendal Anglade, Romain Cottard, Olivia Dalric, Julie Jacovella, Paul Jeanson, Yves Jégo, Françoise Lépine, Agnès Ramy, Antoine Rosenfeld et les musiciens du groupe : Pad Brapad Moujika.

Peut-on être un grand auteur d'art dramatique et n'avoir écrit que deux pièces ?
En voici la preuve. Nicolaï Erdman n'avait que 24 ans quand il écrivit Le Mandat.
Meyerhold monte alors la pièce en 1925 et son impact est tel qu'elle sera reprise à Berlin deux ans plus tard. Or l'auteur y fait preuve d'une lucidité dérangeante en cette période de totalitarisme et il paiera très cher cette hardiesse.
Jamais ce texte ne sera publié de son vivant et le fait d' avoir écrit Le Mandat et Le Suicidé lui vaudront trois années de déportation suivies d' une assignation à résidence. On ne badinait pas avec Staline !
Les personnages de la pièce n'appartiennent déjà plus à la période écoulée, (ce tsarisme déchu) et peinent à s'intégrer dans l'ère nouvelle. Ils vont donc être à la recherche de ce que l'on nommerait maintenant une intégration et ce, dans leur propre pays ... Ils n'existent tous que par leur paranoïa qui n'est en réalité qu'une forme de prémonition car l'auteur avait vu juste.
La mère ne pense qu'à marier sa fille tout en incitant le fils à s' engager politiquement afin d'assurer leurs arrières, tout en se lamentant " Mais c'est quoi cette vie, c'est quoi ? " Magnifique Claire Nadeau !
Le père de celui que l'on destine à la fille à marier était il y a peu un opulent propriétaire. Resté secrètement fidèle au souvenir de Nicolas II, il recherche la garantie de quelqu'un affilié à l'actuel pouvoir car il s'agit pour tous d'afficher des opinions conformes à l'idéologie en vigueur.
A l'ex-commerçante, une malle sera confiée avec son précieux contenu, un secret mal gardé et une supercherie engendreront des situations où comique et tragique jongleront pour se transformer en farce par le seul pouvoir d'un Mandat, petit papier symboliquement rouge qui de surcroit s'avèrera faux.
Afin d'encadrer et de ponctuer cet imbroglio, cette cavalcade de situations aussi délirantes qu'enchevêtrées, les musiciens du Groupe Pad Brapad Moujika s'intègrent au spectacle et les rythmes tziganes nous entraînent dans leur tourbillon.
Le spectacle dure 2 heures, durant lesquelles l'attention du spectateur est sans cesse sollicitée, il en ressort quelque peu bousculé mais ravi.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

13:55 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.