Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/04/2007

FIAT LUX comédie écrite et mise en scène par Gaëtan Peau

CINE 13 THEATRE
1, avenue Junot
75018 PARIS
(M° Lamarck-Caulaincourt)
T. 01 42 54 15 12

Du mercredi au samedi à 21h.
Places : 17 € - TR : 10 € jusqu'au : 24 mai 2007

medium_Fiatlux-1.jpg

Photo : Henry-Noël Peau

avec, Jean-Paul Bezzina, Olivier Faliez, David Seigneur.

L' amitié, en laquelle on croit " dur comme fer " quand on est adolescent, que l'on place souvent au dessus de l'amour pour constater un peu plus tard que ce sentiment est porteur des mêmes désillusions ...
Comme chaque mardi soir, Emmanuel reçoit à huis-clos, dans son établissement ses deux copains de toujours : Pascal et Stanislas. C'est un rite sacro-saint !
Pascal est l' artiste tourmenté (pléonasme) du trio. Il doute de lui en permanence.
Stanislas semble son absolu contraire : officiellement prof de philo, il s'offre le luxe de monter sur scène avec un talent inversement proportionnel au premier.
Emmanuel (le patron du lieu, cette brasserie où ils se réunissent) est celui qui en apparence du moins a le plus gardé les pieds sur terre.
Comme chaque semaine, les trois amis sacrifient à Bacchus, goûtent les spécialités mitonnées par le maître des lieux et sélectionnent les quelques anecdotes de la semaine écoulée évoquant également le passé qu'ils ont en commun. N'a t'on pas coutume de dire " in vino veritas " ? A mesure que la température monte le ton se met au diapason.
De même qu'il n'y a pas d'amour heureux, les amitiés sans nuages n'existent pas nous le savons tous. Or cette soirée n'est pas semblable aux précédentes puisque c'est la dernière. Emmanuel vient de l'annoncer et la foudre tombe brusquement au milieu de ces trois là. Le noeud gordien vient d'être rompu et tout s' effondre.
Nous allons assister à cette nuit mémorable durant laquelle le linge sale va être déballé sans vergogne. Foin des apparences, elles ne sont plus de saison !
Nous passons brusquement des anecdotes au règlement de comptes. Le plus assuré de tous va se déliter sous nos yeux.
L'auteur ( Gaëtan Peau ) a écrit ce texte avec humour et lucidité; sa mise en scène met efficacement en valeur des comédiens rivalisant de réalisme. Ils sont parfaits tous trois. Il est impossible à nous spectateurs de prendre parti pour l' un ou l'autre tant les personnages sont attachants.
Allez-y, c'est un excellent moment que vous passerez à leur écoute et vous y découvrirez également une version de la chanson " dans le port d'Amsterdam " qui à elle seule, vaudrait le détour.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

10:00 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.