Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2007

Désillusion parlementaire de Nathalie Detrois

THEATRE ESSAION
6, rue Pierre au Lard (à l'angle du 24 rue du Renard)
75004 PARIS
(M° Hôtel de Ville ou Rambuteau)

Prix des places : 18 & 12 euros.

Du : 9 avril au 5 juin 2007 à 21h.30

medium_desillusions.jpg


Un polar politique mis en scène par Philippe Brigaud
avec Pierre Deny et Stéphanie Lanier.

Pouvoir et trahison. L'un engendre habituellement l'autre. Il en est ainsi depuis toujours. La pièce écrite par une jeune femme révèle tout à la fois l'absence d'illusions concernant la politique et en direction des personnages, une naïveté qui n'appartient qu'à Corneille !
Imaginez les méandres de complications avec pour inspirateur son rival de toujours ( Racine ) car c'est bien à une tragédie moderne que nous allons assister.
Alexandre, ce candidat parti à la conquête de l' électorat aurait bien fait de se méfier en acceptant pour conseillère en communication une femme dont le patronyme semblait descendre en droite ligne du trop célèbre espion napoléonien.
Existerait-il un gêne de la trahison ? ...
En outre, l' histoire tant politique que religieuse regorge d'exemples édifiants, Samson ne fut il pas victime de Dalila ? Holopherne ne perdit il pas la tête à cause de Judith ? Pour ne citer que les principaux ...
Il faut une lente et pénible ascension avant de se retrouver sous les feux croisés des projecteurs et les carrières fulgurantes qui succédèrent à la chute de l' Ancien Régime ne sont plus de mise à notre époque.
La mégalomanie a toujours aveuglé ceux qui en souffrent et la paranoïa qui protège un temps les dictateurs ne les met pas à l'abri de la chute.
Epoque mercantile aidant, plus rien ne s'acquiert par volonté ou par mérite, tout s'achète.
Alexandre est dirons nous, un ambitieux gentil. Il a naïvement rêvé à de grandes choses qu'il se croyait capable d'accomplir ... Une conquête amoureuse viendra parachever son aveuglement.
Pierre Deny incarne ce politique élu de fraîche date, jeune, plein d'énergie que le pouvoir n'a pas encore eu le temps de corrompre. Son physique en fait bien sûr, la coqueluche des électrices et sa récente ambition n'a pas eu le loisir de tuer la notion de morale en lui. C'est donc un être confiant en l' Avenir.
Stéphanie Lanier (Sophie) a l' alsacienne blondeur et va se révéler d'une efficacité redoutable. Elle portera son homme politique à bout de bras mais loin de lui être corps et âme dévouée on découvrira qu'elle n'est pas seule et peut-être plus fragile qu'il n'y paraît ?
La pièce n'incitera certes pas les électeurs indécis à prendre le chemin qui mène aux urnes mais a cependant le mérite de tomber à point nommé. Cet opportunisme là, ne saurait être condamnable !

Simone Alexandre.

www.theatrauteurs.com

14:00 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.