Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2007

LA MEMOIRE DE L' EAU de Shelagh STEPHENSON

PETIT THEATRE DE PARIS
15, rue Blanche
75009 PARIS
(M° Trinité, Blanche, St-Lazare)
www.theatredeparis.com

du mardi au samedi à 21h.
matinées les samedis à 17h.
& les dimanches à 15h.
relâche le lundi.

LOCATION : 01 42 80 01 81 & FNAC 0892 683 622 (0,34€/mn)
Tarifs : 36,50 € (frais réserv.inclus) - 29,50€ (frais réserv.inclus)
jeunes (- de 26 ans) : 10 €

medium_Mémoire.jpg adaptation de Brigitte BUC - mise en scène : Bernard MURAT

avec Charlotte VALANDREY, Florence PERNEL, Valérie BENGUIGUI, Eric VIELLARD, Gilles COHEN, Manoëlle GAILLARD.

Décor : Nicolas SIRE, Lumières Laurent CASTAINGT, Costumes Emmanuelle YOUCHNOVSKI, Illustration Sonore : Francine FERRER.

Pas facile de trouver le sommeil dans le lit d'une morte si cette dernière est précisément votre mère décédée sans vous, à l' hôpital ! C'est l'expérience que fait Marie (Charlotte Valandrey) au milieu d'un décor vieillot, perturbée par le va-et-vient permanent de sa soeur Térésa (Valérie Benguigui)
Le recours au whisky n'est peut-être pas non plus, la solution idéale mais en regard des circonstances disons que c'est le moyen utilisé par les deux soeurs pour supporter la situation entre deux chamailleries.
Arrivée en tornade de la troisième, Catherine (Florence Pernel) visiblement la plus jeune, qui a tendance à préférer le canabis à l' alcool pour le même résultat.
Trois excitées quelque peu hystériques essayant de traverser cette épreuve que tout le monde a connue ou connaîtra un jour.
Les compagnons de ces dames suivront enfin ... deux sur trois (Eric Veillard et Gilles Cohen) prétexte à quelques règlements de compte.
Comme toujours, les hommes sont beaucoup plus calmes que les femmes mais ce n'est pas leur mère qui vient de passer de l'autre côté, il est vrai !
N'importe, Shelagh Stephenson semble avoir apporté plus de soin à brosser les caractères féminins, les mâles paraîssant ici plus flous pour ne pas dire ...
Les comédiennes pour leur part, semblent en pleine compétition - chacune y allant de son numéro de bravoure - ce qui a pour conséquence de déboucher sur une comédie surjouée bien que de peu de consistance.
Je ne voudrais pas oublier les apparitions fantomatiques mais très esthétiques de Manoëlle Gaillard qui est une mère superbe comme beaucoup rêveraient d'en avoir ...
Il se trouvera bien sûr quelques inconditionnels pour apprécier le ton général de la pièce qui s'apparente plus à du boulevard qu'à une comédie de moeurs et puis c'est l'occasion rêvée pour retrouver quelques figures de feuilletons-télé, or n'oublions pas qu'actuellement la petite lucarne vous fabrique une vedette en quelques épisodes ! Certaines le méritent, d'autres moins ...

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

07:15 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.