Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2007

CHOCOLAT PIMENT de Christine REVERHO

Théâtre La Bruyère
5, rue la Bruyère 75009 PARIS
Location : 01 48 74 76 99

Représentations du mardi au samedi à 21h.
matinée samedi à 17h.30
Prix des places : 36, 28, 21, 15 €

Mise en scène : José PAUL et Agnès BOURY
assistés de : Marjolaine AÏZPIRI

Décor : Edouard LAUG - Lumières : Philippe QUILLET -
Costumes : Caroline MARTEL

medium_chocolat-piment.jpg


avec, Jacques MARCHAND, Anne LOIRET, Lysiane MEIS, Christine REVERHO et Eric SAVIN.

Flagrante unité de lieu : la cuisine.
Le temps et l'action seront symbolisés par une soirée d'anniversaire et son prolongement quelque peu cahotique, jusqu' au lendemain.
Paul, le père ( Jacques Marchand) fête - à son corps défendant - disons ... un certain nombre de décennies. Mieux vaut ne pas chercher à en préciser le chiffre, le fait le traumatisant suffisamment comme cela !
Certes, il est heureux que la circonstance puisse lui permettre de se retrouver entouré de ses deux filles et un peu moins de devoir supporter le mari de la cadette lequel donnera ici un petit aperçu des indélicatesses dont il est capable.
Le choix pour le moins inattendu du gâteau d'anniversaire s'avérera hautement symbolique illustrant la douceur un peu amère des souvenirs et le caractère explosif des rapports humains lesquels en la circonstance seront franchement pimentés.
L' aînée, Stéphanie (Anne Loiret) collectionne les échecs amoureux, raison de son éternel célibat mais résolument " célibattante " sur le plan professionnel !
La seconde, Caroline (Lysiane Meis) obnubilée par la diététique, semble complètement dépassée par son rôle de mère, son statut d'épouse ne valant guère mieux.
Arrivée de l' époux en question, Franck (Eric Savin) scotché à son téléphone portable, traînant son ordinateur comme une roue de secours, aussi égal à lui même ( ...) comme gendre, mari ou collègue. Celui que l'on ne voudrait pour rien au monde rencontrer !
Nous découvrirons un cinquième personnage à la fin ( Elise) alias, Christine Reverho qui ici, fait un peu plus que jouer les Hitchcock de service ...
Ils sont tous parfaits dans leur rôle respectif avec cependant une mention spéciale pour Jacques Marchand tant il est touchant dans son personnage d'homme et de père que le passé rattrape.
Les dialogues sont enlevés avec un sens de la répartie que l'on pourrait souhaiter à beaucoup, l'auteur a également du goût pour les rebondissements inattendus et la pièce attire un public jeune, réactif garant de la poursuite de son succès.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

06:40 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.