Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2007

Le Suicidé-comédie de Nicolaï Erdman

ATHENEE - Théâtre Louis Jouvet - square de l' Opéra Louis Jouvet 7, rue Boudreau 75009 PARIS
Métro : Opéra, Havre-Caumartin. Loc. 01 53 05 19 19 - billeterie en ligne : www.athenee-theatre.com
plein tarif : de 28 € à 12 € - tarif réduit : de 23 € à 10 €

Du jeudi 8 mars au samedi 7 avril 2007
mardi 19h, mercredi au samedi : 20h.
matinées exceptionnelles : dimanche 18 mars à 16h et samedi 31 mars à 15h.

Mise en scène : Anouch Paré
avec Céline Bothorel, Carlos Chahine, Jean-Marc Culiersi, Lorian Daire, Marc Ernotte, Isabelle Gouzou, Damien Houssier, Guillaume Junot, Marianne Lewandowski, Eric Malgouyres, Nadine Marcovici, Marie Réache, Christian Ruché et Chantal Trichet.

medium_Le_suicidé.jpg

PHOTO : Christophe Manquillet.

Le titre de cette pièce ne saurait plus être dissuasif à quiconque tant elle a été montée avec succès. C'est comme l'on dit un thème porteur surtout, hélas en cette période où le chômage est au coeur de nos préoccupations. Or ne convient il pas de rire des situations désespérées ?
Nicolaï Erdman pourfend à la fois la bêtise humaine et la cruauté de certains systèmes. Le personnage qui se trouve au coeur de l'action (Podsékalnikov) nous touche par sa naïveté, sa fragilité d'homme en marge de l'ordre établi.
Il convient de souligner ici l' implication parfaite de Marc Ernotte qui nous permet d'adhérer complètement à tout ce qu'il vit sous nos yeux.
Faut-il rappeler qu'il y a de cela un demi-siècle, être au chômage était considéré comme un état infamant ? Ne pas travailler et avoir des dettes plaçait ceux que nous considérons actuellement comme des victimes, au banc de la société. D' où cette (maintenant) incroyable idée de suicide car toutes les valeurs de l'époque allaient en direction du Travail et de la Patrie. A fortiori quand on se trouvait sous la férule d'un Joseph Staline !
Il fallait donc, véhiculer beaucoup d' humour pour avoir une petite chance de pouvoir monter cette pièce hautement subversive en ces temps de répression active. L'auteur paya très cher cette insolence ...
Le texte étant fort heureusement venu jusqu' à nous, s'écoute avec une délectation tout à fait jubilatoire et il est flagrant que tous les comédiens prennent un plaisir immense à l'interpréter devant nous.
Saluons également au passage la prestation de Chantal Trichet à la présence scènique indéniable et entre autres ... la fantaisie débridée d' Eric Malgouyres, prètre inénarrable !
Ils sont tous mis en valeur par une mise en scène à la fois précise et fluide, bref un excellent moment de théâtre.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

20:45 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.