Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2007

Il Matrimonio segreto - opéra bouffe de Domenico Cimarosa

THEATRE ARTISTIC ATHEVAINS, 45 bis RUE Richard Lenoir 75011 PARIS (Métro : Voltaire) T. 01 43 56 38 32
à partir du 6 Mars 2007, les mercredi, vendredi, samedi à 20h.30 - dimanche à 16h. lundi à 19h.
prix des places : 30 € - tarif réduit : 16 € - pour les moins de 26 ans : 10 €
& 50 % de réduction sur le plein tarif jusqu'au 25 mars " soyez les premiers aux premières "

LE MARIAGE SECRET, livret italien : Giovanni Bertati -
Direction musicale : Andrée Claude Brayer
Mise en scène : Anne Marie Lazarini.
avec l' orchestre-studio de Cergy-Pontoise.

medium_Matrimonio-1.jpg


avec : Frédéric Bang-Rouhet (baryton) - Pierre-Michel Dudan (basse) - Claire Geoffroy-Dechaume (mezzo-soprano) - Karine Godefroy (soprano) - Gaëlle Pinheiro (soprano) et Gorka Robles-Alegria (ténor)

Pour conduire ce Mariage Secret, le chef d'orchestre est une femme et le fait suffisamment rare pour mériter d'être souligné d'autant que Andrée-Claude Brayer dirige les musiciens de son Orchestre-Studio avec une conviction communicative d'où ce résultat optimal.

Maintenant, passons de l' orchestre à la scène pour découvrir un décor que l'on pourrait qualifier de néo-classique écrin de verdure et de pierre (ou de marbre blanc : à vous de choisir ...) permettant aux personnages d'évoluer tout de noir vêtus et en costumes contemporains ce, en évitant curieusement l'écueil de l'austérité. Premier exploit !
Légère surprise aussi mais les voix sont belles, amples et force est de reconnaître que l' anachronisme volontaire évoqué, destiné à illustrer un texte du 18ème siècle se fera vite oublier avant de trouver sa justification finale car tout ici contribue au plaisir des oreilles et des yeux.

L' intrigue bien entendu est le reflet d' une époque révolue où l'on retrouve les complications de la comédie italienne, amour et intérêt se conjuguant à loisir ...
La seconde partie de cet opéra-bouffe nous ménagera quelques surprises esthétiques ou revirement inattendu qui devraient satisfaire le spectateur qui réapprend (s'il l'avait oublié) que la vocation initiale du spectacle était de nous aider à oublier les vicissitudes de la vie le temps d'une représentation.

Heureuse initiative qu' Anne-Marie Lazarini a eue là ! Nous ne saurions trop l'encourager à poursuivre son oeuvre en cette direction et pour notre plus grand plaisir.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

15:55 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.