Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2007

ENCORE UNE HISTOIRE D'AMOUR de Tom KEMPINSKI

Adaptation : Jean-Claude GRUMBERG
Mise en scène : Antonia MALINOVA
avec Charlotte RONDELEZ & Philippe IVANCIC.

au Théâtre ESSAION : 6, rue Pierre au Lard 75004 PARIS
(Métro : Hôtel de Ville ou Rambuteau)
Tél. 01 42 78 46 42 - www.essaion.com
du mercredi au samedi à 21h.30 -
Durée du spectacle : 1h.30
Prix des places : 18€ (PT) - 12€ (TR : chômeurs, étudiants ...)

medium_encoreune.jpg


Le chauffage doit être en panne ? Une sorte de clochard emmitouflé se traîne dans un fauteuil sinon défoncé, d'une propreté douteuse, en tous cas. L' homme n'a rien d'un séducteur-né !
On la découvre, elle - tout le contraire - belle, élégante à un détail près car dès qu'elle bouge, son disfonctionnement se découvre, devient omniprésent. Cette jeune femme (de son propre aveu) souffre de polynévropathie. Très rapidement, on s'aperçoit qu'il n'est pas en meilleur état qu'elle car nettement psychotique - Victime de son succès, il ne parvient plus à écrire. C'est arrivé à d'autres que lui et certains ne s'en sont jamais sortis, l'exemple de Truman Capote hante les mémoires ...
La sonnerie du téléphone s' est déclenchée entre ces deux là qui vont régulièrement se parler en dépit de la distance qui les sépare, reliés comme par un cordon ombilical lancé au dessus des flots.
Peu à peu, cet échange va s'avèrer indispensable, se transformer en raison de vivre, de se battre ensemble pour remonter la pente.
Les deux personnalités vont s' affronter. Lui, avec son égoïsme de mâle, sa suffisance d' auteur à succès et elle, à cause de cette volonté farouche qui la fait ressembler à Frida Kahlo le corps en miettes mais les veines envahies par une lave torrentielle.
L' affrontement aura lieu tout d'abord à 4500 kms de distance puis face à face après l' émoi de la rencontre, vite écourtée.
Il fallait des comédiens exceptionnels pour s'attaquer à un tel texte, illustrer de telles situations. La palette de sentiments est multiple allant de la retenue la plus pudique au paroxysme de la violence. Dans l'attente de ce qui va suivre, les spectateurs retiennent leur souffle, se laissent porter par le rire quand l'humour salvateur leur est offert par un auteur qui sait toujours jusqu' où il peut aller.
Il est rare de parler d'un sans faute en matière de théâtre mais ici tout sonne juste, le texte, les comédiens, la mise en scène. On a envie d'y revenir, encore et encore brisés par l'émotion et reconnaissants pour tout cet amour prodigué.
Bravo ? ... le terme est faible !

Simone Alexandre.

www.theatrauteurs.com

08:45 Publié dans THEATRE | Lien permanent

26/02/2007

JEFFREY de Paul RUDNICK

Comédie adaptée et mise en scène par Christian BORDELEAU
Chrorégraphies : Joseph FOWLER

THEATRE CLAVEL : 3, rue Clavel 75019 PARIS (Métro : Pyrénées) T. 01 42 38 22 68
Du lundi au jeudi à 21h.30 jusqu'au 29 mars
puis du mardi au samedi à 21h.30 du 3 au 28 avril 2007 -
Durée : 1h.40

medium_Jeffrey.jpg


avec : Julien BAPTIST, Loïc BLANCO, Emilie COITEAUX, Samuel GANES, Jean LELOUP, Cyril MONTERO, Renato RIBEIRO, Edouard THIEBAUT.

Musique disco, le LA est donné en ce qui concerne l' époque à laquelle l'action se situe mais aussi l'ambiance dans laquelle les personnages vont évoluer ...
Un lit occupe le milieu de l'espace scènique dans lequel les partenaires ne feront que passer très, très rapidement en un défilé érotico-humoristique.
Jeffrey est un jeune gay qui multiplie les aventures d'un moment pour une simple et bonne raison : le sexe, il aime, c'est sa drogue à lui !
Comédien au chômage comme beaucoup, il gagne sa vie en tant que barman aussi a t' il besoin de s'offrir du bon temps pour compenser, tout simplement.
La catastrophe planétaire va se produire, ce que d'aucuns assimileront à un remake du Concile d' Amour d'autant que la communauté gay va un temps, jouer les boucs émissaires à cause de sa liberté affichée.
En un réflexe qu' aurait approuvé Jean-Paul II, Jeff va prendre une décision drastique : no sex, never ! C'était compter sans l' énergie de la jeunesse.
Il aura l' idée de se dépenser autrement et ira grossir le flot de tous ceux qui passent leurs loisirs en salle de sports et là, patatras ! Le Hasard lui fera rencontrer Stéphane. On peut résister à des pulsions mais certes pas au Sentiment.
Or, il s'avère que l'objet de ce coup de foudre partagé (eh ! oui, ça arrive ...) est séropositif. Panique de Jeffrey.
Christian Bordeleau a choisi de traiter ce thème en utilisant les rouages d' une comédie musicale. Le résultat est enlevé, gai dans tous les sens du terme et l'on gagne en plaisir ce que l'on perd en intensité dramatique.
Certes, du temps s'est écoulé depuis l'écriture de la pièce et les mentalités ont changé surtout, pas toujours dans le sens espéré ...
En dépit de la volonté affichée d'actualiser le propos, quelques scènes paraissent un peu kitch mais le tout se laisse voir agréablement.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

14:25 Publié dans THEATRE | Lien permanent

22/02/2007

L' ANNIVERSAIRE de Jules VALLAURI

medium_L_ANNIVERSAIRE.jpg

photo : Anakarin Quinto.

Une comédie douce amère avec Michel VOLETTI, Nicolas VITIELLO & Franck DELAY

au THEATRE ESSAION 6, rue Pierre au Lard 75004 PARIS
(Métro : Hôtel de Ville ou Rambuteau)
du 4 février au 3 avril 2007, les dimanches, lundis & mardi à 20h.
Durée du spectacle : 1h.20 - Prix des places : 18 € & 12 € (tarifs réduits) Location au 01 42 78 46 42

Encore une pièce sur le coming-out allez vous dire ? ...
Thème archi-rebattu ces dernières années. Oui, c'est un fait incontestable puisqu' on y est sans cesse confrontés en ce 21ème siècle où l'on se demande parfois si la société évolue ou régresse. Sujet sensible ô combien auquel de nombreuses familles sont confrontées.
Ici, Claude la cinquantaine pléthorique est divorcé. Aux yeux de beaucoup, il a fui ses responsabilités à la naissance d'un fils et depuis, traîne un vague mais permanent sentiment de culpabilité.
Il est éditeur et fête précisément ce soir là, les 8 ans de création des Editions Davenir, titre à valeur de talisman mais coïncidence, la date correspond également à son anniversaire personnel.
Nous le découvrirons aux fourneaux, protégé par un tablier vachard ... Le téléphone sonne et quelqu'un signale sa présence à la porte d'entrée.
Je ne vais certes pas vous raconter la suite vous laissant le soin de la découvrir.
Michel Voletti est absolument parfait dans ce rôle qu'il ne se contente pas de jouer mais vit avec nuances et sensibilité. Plus naturel, on meurt : un immense bravo !
Nicolas Vitiello est Vincent, le fils. Le jeune comédien fait preuve d'une indéniable présence scénique, complètement concentré sur son personnage d' être blessé par la désertion paternelle, qui a la phobie du noir mais également une belle et virile puissance d'expression que sous-tend la profondeur du regard.
Franck Delay quant est lui est Thomas, ( le lapin rose ) gentille caricature du gay qui lorsqu'il ne travaille pas passe son temps en salle de muscu. Or, celui ci a l'air fidèle et quelle silhouette !
Le seul hiatus est constitué par la scénographie, qui en se voulant symbolique, a pour effet de réduire les possibilités de déplacements des comédiens en cet espace déjà restreint.
Un texte sans surprise mais qui a le mérite de se laisser agréablement entendre puisque parfaitement servi par les interprètes.

Simone Alexandre

www.theatrauteurs.com

17:10 | Lien permanent