Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2007

ENCORE UNE HISTOIRE D'AMOUR de Tom KEMPINSKI

Adaptation : Jean-Claude GRUMBERG
Mise en scène : Antonia MALINOVA
avec Charlotte RONDELEZ & Philippe IVANCIC.

au Théâtre ESSAION : 6, rue Pierre au Lard 75004 PARIS
(Métro : Hôtel de Ville ou Rambuteau)
Tél. 01 42 78 46 42 - www.essaion.com
du mercredi au samedi à 21h.30 -
Durée du spectacle : 1h.30
Prix des places : 18€ (PT) - 12€ (TR : chômeurs, étudiants ...)

medium_encoreune.jpg


Le chauffage doit être en panne ? Une sorte de clochard emmitouflé se traîne dans un fauteuil sinon défoncé, d'une propreté douteuse, en tous cas. L' homme n'a rien d'un séducteur-né !
On la découvre, elle - tout le contraire - belle, élégante à un détail près car dès qu'elle bouge, son disfonctionnement se découvre, devient omniprésent. Cette jeune femme (de son propre aveu) souffre de polynévropathie. Très rapidement, on s'aperçoit qu'il n'est pas en meilleur état qu'elle car nettement psychotique - Victime de son succès, il ne parvient plus à écrire. C'est arrivé à d'autres que lui et certains ne s'en sont jamais sortis, l'exemple de Truman Capote hante les mémoires ...
La sonnerie du téléphone s' est déclenchée entre ces deux là qui vont régulièrement se parler en dépit de la distance qui les sépare, reliés comme par un cordon ombilical lancé au dessus des flots.
Peu à peu, cet échange va s'avèrer indispensable, se transformer en raison de vivre, de se battre ensemble pour remonter la pente.
Les deux personnalités vont s' affronter. Lui, avec son égoïsme de mâle, sa suffisance d' auteur à succès et elle, à cause de cette volonté farouche qui la fait ressembler à Frida Kahlo le corps en miettes mais les veines envahies par une lave torrentielle.
L' affrontement aura lieu tout d'abord à 4500 kms de distance puis face à face après l' émoi de la rencontre, vite écourtée.
Il fallait des comédiens exceptionnels pour s'attaquer à un tel texte, illustrer de telles situations. La palette de sentiments est multiple allant de la retenue la plus pudique au paroxysme de la violence. Dans l'attente de ce qui va suivre, les spectateurs retiennent leur souffle, se laissent porter par le rire quand l'humour salvateur leur est offert par un auteur qui sait toujours jusqu' où il peut aller.
Il est rare de parler d'un sans faute en matière de théâtre mais ici tout sonne juste, le texte, les comédiens, la mise en scène. On a envie d'y revenir, encore et encore brisés par l'émotion et reconnaissants pour tout cet amour prodigué.
Bravo ? ... le terme est faible !

Simone Alexandre.

www.theatrauteurs.com

08:45 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.