Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2007

Munich-Athènes de Lars Norén

medium_Munich.jpg


PHOTO : Depagne/Palazon.

KIRON ESPACE : 10, rue de la Vacquerie 75011 PARIS (Métro : Voltaire)
Réserv. 01 44 64 11 50 - resa@kiron-espace.com
18 euros plein tarif - 12 euros tarif réduit.

Du mardi 30 janvier au samedi 24 mars 2007

Une pièce sur l'amour - Traduction : Pascale Balcon
Mise en scène & Scénographie : Charlène Lyczba.

avec Sophie Carrier, Nicolas Malocco, Jan Olszewski.

7 ans : durée fatidique à beaucoup de couples - chiffre symbolisant une période de crise," ça passe ou ça craque " disent certains ...
Précisément, dans la perspective de passer ce cap réputé difficile, Sarah et David ont décidé de s'offrir un voyage en direction d' Athènes.
Jusqu' alors, Lui - consacrait son temps à l'écriture d' un roman au titre évocateur ... " La fuite inaccomplie " tandis qu' Elle - réservait le sien aux enfants d'un hôpital psychiatrique.
Nous sommes en gare et le couple se chamaille, le rythme de l'un ne correspondant pas exactement à celui de l'autre. Sarah est survoltée, impatiente de partir tandis que David joue les prolongations, échange quelques mots avec un personnage féminin bizarre ... comme s'il voulait s'offrir un sursis.
Le voyage va s'avérer très cahotique et servira de prétexte au bilan que chacun établira vis à vis de l'autre, ponctué par les interventions quelque peu intempestives de ce contrôleur symbolisant le Destin.
Munich-Athènes, ultime parcours de ce couple qui se demande s'il va ou non quitter les rails ou bien poursuivre la route ensemble.
L'ombre couplée d' Eros et Thanatos plane au dessus de ce trio improvisé.
La scénographie mise au point par Charlène Lyczba est impressionnante et s'exhaussera jusqu'au tragique en un esthétisme ravageur.
Il est dommage qu'elle n'ait pas utilisé la même implication dans la direction des acteurs dont le jeu reste les trois quart du temps, assez extérieur si l'on excepte la dernière partie de la pièce, laquelle en revanche, accède au sublime.

Simone Alexandre
www.theatrauteurs.com

15:50 Publié dans THEATRE | Lien permanent

Les commentaires sont fermés.