Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Simone Alexandre

 


Que dire ? ... Faire état comme certains de mes études universitaires ? Je serais bien en peine puisqu'il n'y en eut pas si j' excepte un bref détour en direction de la Fac de Droit ce qui me parut si ennuyeux que j'y mis rapidement fin. Après m'avoir dissuadée d'apprendre la danse puis le piano ma mère déclara un peu imprudemment : " tu feras du théâtre le jour où tu gagneras ta vie. " A l' époque, la mission n'était pas impossible ... C'est ainsi que je commençai à gagner ma vie dès l' âge de 16 ans alors le bac + ... ce sera pour une autre vie ! - Mon premier bulletin de salaire en poche, je fis un détour par le Conservatoire National de la ville où nous résidions et y restai juste le temps nécessaire à décrocher un premier prix (Tragédie) à l'unanimité. A l'époque la durée était de 3 ans. J'avais rêvé de la voie royale qui était le Conservatoire Supérieur d' Art Dramatique de Paris où je fus recalée 2 fois de suite ce qui m' interdisait de rêver à la suite logique constituée par le Théâtre Français. A l'époque, je ne jurais que par lui. Les choses ont bien changé ... Je n'eus qu'un Maître lequel était devenu mon compagnon et ce dernier n' imaginait pas une seconde que je puisse jouer sans lui. Moi non plus sans doute car sa présence à mes côtés me rassurait. Après sa disparition, je constatai que je n'avais effectivement plus aucune envie de monter sur scène sans lui et c'est ainsi que je passai à la critique en conservant intact, mon amour du théâtre. Après avoir animé durant une vingtaine d'années un magazine théâtral sur diverses fréquences de la bande FM, je passai tout naturellement à Internet d'où ma présence ici.36027c9cd212d4b4b79b30dcee6d9520.jpg

Interêts

spectacles, éditions théâtrales