Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2019

Dans le frigo de COPI ( annonce ) Théâtre de la Tempête

19:22 Publié dans Annonces | Lien permanent

10/09/2019

Pour un OUI ou pour un NON de Nathalie SARRAUTE

pr-1oui-pr1non-h.jpg

 

 

MANUFACTURE

des ABBESSES

 

7, Rue Véron

 

 

75018 PARIS

 

 

 

(M° Abbesses ou Blanche)

 

LOC. 01 42 33 42 03

 

Pl. 26€ T.R. 12 à 20€

 

https://www.manufacturedesabbesses.com/

 

 

les JEUDI, VENDREDI & SAMEDI à 19h

 

jusqu'au : 23 NOVEMBRE 2019

 

 

Mise en scène : Tristan LE DOZE

 

 

avec Gabriel LE DOZE et Bernard BOLLET

 

pr1ouipr1non.jpg

 

 

Cette pièce aurait pu s'intituler : Condescendance et Susceptibilité mais sans doute alors le titre eut paru trop direct car il a suffi d'une phrase : " c'était bien " suivie d'un mot : " ça " et surtout d'une intonation pour que le clash ait lieu.

 

Nul affrontement certes, H2 s'est tout simplement éloigné de H1. Il a pris la tangente ...


Ces deux hommes se connaissaient depuis longtemps, c'est même le plus étonnant de l'affaire car au début d"une relation, on peut certes se trouver piégé par la susceptibilité de l'autre mais ce genre de méprise ne saurait ( en principe ) avoir lieu passé un certain temps.

 

H1 avouera avoir été prévenu mais il semble ne pas avoir pris en considération l'avertissement. Sans doute pensait-il échapper à ce travers ? Nous choisissons parfois des amis qui stupéfient tous les autres …

 

Toujours est il que confronté à une trop longue absence, H1 va décider de réclamer des explications à H2.

Quelle imprudence ! Car il s'ensuivra un grand déballage ...

 

les2.jpg

 

Nous allons donc assister à ce face à face, H1 étant interprété par Gabriel LE DOZE et H2 par Bernard BOLLET.

 

La scénographie est minimale comme pour mieux dégager le texte.

 

Nathalie Sarraute ne risquait pas d'être qualifiée de

" grande fille toute simple " car elle excelle dans l'art de couper les cheveux en quatre.

 

Il y a les attitudes et puis l'inconscient qui ne se décrypte qu'au second degré, voire plus …

 

H1 apparaît comme un homme solide, bien installé dans ses convictions. Il semble bénéficier d'une certaine aisance sociale et au détour d'une phrase nous comprenons qu'il lui est arrivé de rendre service à son ami H2. La reconnaissance n'est elle pas le fardeau le plus lourd à porter ? Toujours est il que son obligé a peu à peu développé un complexe … L'admiration impuissante ( chez certains ) engendre la hargne et parfois une sorte de haine.

 

Bollet-LeDoze.jpg

( photos : Franck VALLET )

 

De malheureux voisins seront pris à témoin et pardonnez l'expression : leurs remarques ne feront qu'enfoncer le clou.

 

Il existe des inconditionnels de Nathalie Sarraute lesquels seront ravis de ce qu'ils entendent.

Les autres ne pourront qu'être intéressés par le jeu des comédiens tous deux irréprochables.

Dans l'un et l'autre cas, la pièce est à voir.

 

 

Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

15:29 Publié dans THEATRE | Lien permanent

08/09/2019

Nuit gravement au salut de Henri-Frédéric BLANC

aff.Nuit-gravement.jpg

 

 

LUCERNAIRE

 

53, rue Notre Dame des Champs

 

75006 PARIS

 

 

 

(M° N.D.des Champs)

 

LOC. 01 45 44 57 34

 

Pl. de 11 à 26€

 

http://www.lucernaire.fr/

 

Du mardi au samedi à 21h

 

Dimanche à 17h

 

Adaptation et mise en scène : Ludovic LAROCHE

 

avec Stéphanie BASSIBEY, Ludovic LAROCHE et Pierre-Michel DUDAN

 

Nuit-2.jpg

 

 

S'il est permis en cette période de rentrée théâtrale d'avoir quelques hésitations quant au choix de la pièce à aller voir, ici aucune hésitation possible car l'adaptation du texte de Henri-Frédéric Blanc et la mise en scène de Ludovic Laroche constituent un sans faute. Quant aux interprètes, c'est un pur régal que de les voir jouer.

 

Le sujet est d'actualité allez vous dire si vous gardez en mémoire la lamentable affaire Weinstein. En fait - non - car le texte fut écrit bien avant et force est de reconnaître que ce genre de situation se présente depuis toujours. Il est même étonnant que l'on puisse encore s'en étonner ! ...

 

Toute comédienne qui démarre une carrière sait par avance qu'elle sera un jour ou l'autre confrontée à ce genre de travers. A elle de savoir si elle acceptera ou pas. Les indignations rétrospectives sont donc assez mal venues.

 

Ici le sujet diffère par le fait même que si la superbe Léa Belmont ( Stéphanie Bassibey ) n'a rien d'une oie blanche - ses écrits en témoignent du reste, en revanche ses inquiétudes de mère devraient en principe, la mettre à l'abri de ce genre de prédateur.

 

NGS.jpg

 

( photos : l' Instant d'un regard )

 

 

Victor Pontier est un éditeur comme il doit en exister ( ne généralisons pas ) plus préoccupé de Pouvoir que de littérature. Rôle difficile au possible, le personnage n'étant pas particulièrement sympathique mais dont le comédien ( Ludovic Laroche ) s'acquitte avec maestria.

 

Chacun sait que beaucoup de contrats se réalisent à l'issue d'un repas, c'est la coutume dans à peu près toutes les sphères commerciales ou artistiques.
Que celui qui invite ait la vague détermination de profiter de la situation n'est pas rare non plus. Ensuite chacun mène sa barque comme il peut avec plus ou moins de brio.

 

Ici, la rencontre s'effectuera sous le regard implacable du serveur ( Pierre Michel Dudan ) dont l'indéniable présence, la faconde et la drôlerie pimentent la situation. Ajoutons que le comédien bénéficie d'un timbre de voix assez impressionnant, dont il use et abuse pour notre plus grand plaisir.

 

Comment cette rencontre finira t'elle ? … Je vous laisse découvrir la suite car s'il est une pièce incontournable en ce début de saison 2019-2020, c'est bien celle là et si vous l'avez déjà vue, je suis convaincue que vous mourez d'envie de la revoir.

 


Simone ALEXANDRE

 

Bandeau horizontal Theatrauteurs.jpg

 

 

 

22:59 Publié dans THEATRE | Lien permanent